Le bien-être & le sport

L’acroski, ce sport oublié

23 février 2014

En ce dimanche de cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Sochi, je viens vous parler d’une de mes dernières découvertes sportives. Non, je ne l’ai pas vu à la télé. Les Jeux Olympiques d’hiver ont ce pouvoir d’évocation si fort, celui qui tous les 4 ans te fait dire devant les épreuves « ah mais tu te souviens il y a 4 ans, ça ? Et ça ? C’était fort, non ? ». C’est un peu ce qui s’est passé quand mon mec il y a 15 jours, au lancement des JO, m’a lancé nonchalamment un « mais tu ne te souviens pas à Albertville de cette discipline où t’avais un mec en ski qui faisait une choré ? Comme en patin, avec de la musique et tout. Sans dec, ça ne te dit rien ? ». Bein non, ça ne me disait rien. Ni une ni deux, j’ai filé sur Google, mon meilleur ami.

Fabrice Becker acroski freestyle skyiing ballet albertville 1992

Et là, un monde extraordinaire s’est ouvert à moi : j’ai découvert l’acroski, ou ballet à ski (freestyle skying ballet pour les anglophones). Une vidéo Youtube plus tard, j’étais conquise. Emerveillée. Morte de rire aussi, certes, mais émerveillée. J’ai fouiné pour en savoir plus, mais on trouve peu d’informations sur l’acroski sur le web. Mis à part la page globale du ski acrobatique sur Wikipédia et quelques articles foutages de gueule qui ont tous fleuri avant les JO de Sochi, rien. Globalement, ce sport n’a pas marqué les annales. Et oui, j’en parle au passé. Car après avoir été présenté en sport de démonstration aux Jeux Olympiques de Calgary en 1988 et à ceux d’Albertville en 1992 donc, la discipline n’a jamais percé. Elle n’est donc pas devenue olympique hein, vous vous en doutez. Mais ce n’est carrément plus une discipline tout court car elle n’est plus présente aux championnats du monde de ski acrobatique depuis 1999…

Je vous laisse regarder une petite sélection. Il s’agit des performances de l’Allemand Hermann Reitberger et de la Française Christine Rossi en 1988 à Calgary, tous les 2 vainqueurs. En 1992, à Albertville, c’est le Français Fabrice Becker qui décroche la médaille d’or (enfin presque, les sports en démonstration n’ayant pas le droit à une médaille, mais vous voyez l’idée 😉 ). Ce dernier skieur est d’ailleurs loin d’en être resté à cette performance. Double champion du monde de la discipline, cet ancien entraineur est aujourd’hui reconverti… dans le cirque ! Il est aujourd’hui directeur des castings et de la performance au Cirque du soleil, c’est vous dire si l’acroski ça mène à tout ! 🙂

Alors oui, allez-y, rigolez. Bien sûr que l’acroski c’est ringard à mort, et que ça donne surtout envie de se poiler derrière son écran. Allez-y, allez-y, j’ai écrit cet article en connaissance de cause hein 😉 Avouons-le : rien que l’idée même de ce sport est une marade en lui tout seul. Genre t’es en ski et tu décides de danser un ballet. Nor-mal. Avec ta combi de ski bien 80’s (ce qui n’aide pas à crédibiliser ce sport en 2014, on est bien d’accord, mais un peu de respect pour les années 1980 s’il vous plait) et tes bâtons qui te font ressembler à une majorette. Logique, tu pouffes.

Mais mais mais. Regardez de plus près. En vrai, c’est ULTRA sportif, et ça m’a laissé bouche bée. Concrètement, l’acroski, c’est quoi ? Une pente inclinée de 30 mètres de largeur sur 200 mètres de long, un skieur, une chorégraphie en musique mêlant sauts, acrobaties et éléments « dansés ». Le tout étant ensuite noté, je ne sais pas exactement quels critères sont retenus par contre. L’inspiration du patinage artistique n’est pas loin, on reconnait pas mal de choses : saut, pas (« bonjour, je fais du pas de boucle en ski »), attitudes, pirouettes… L’utilisation des bâtons permet en plus des acrobaties vraiment audacieuses. Souplesse, vitesse, capacités gymniques, expression artistique. L’acroski, c’est un sport qui ne déconne pas. Je dis chapeau, vraiment !

Vous connaissiez l’acroski ? Vous ne kifferiez pas trop revoir ce genre de sport en compet ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

A découvrir

Leave a Comment